Ré-ouverture du Musée de Belleau le 8 mai à 14h30 !

 

Réserver un hébergement, un restaurant, une activité 

Translate into

La gymnastique

 

Un lien étroit a toujours été entretenu par l’armée pour la gymnastique, alors dominante dans le comme activité physique en France. La gymnastique est alors un sert alors à fortifier et développer le corps humain par un certain nombre d'exercices physiques. Dès la fin du Second Empire la gymnastique est un complément à la préparation militaire.

A partir de 1882 , la Ligue de l'enseignement s'empressera de promouvoir dans les écoles des "bataillons scolaires". Les nombreuses sociétés de gymnastique et de tir qu'elle fédère ne font que prolonger cette idée de former un bon soldat.

 

L’école normale de gymnastique de Joinville : centre d’instruction physique

 

L’école Normale de Gymnastique de Joinville ouvre ses portes le 15 juillet 1852 à la Redoute de la Faisanderie, dans le vaste Camp de St Maur. Ses finalités sont claires : former des moniteurs pour enseigner la gymnastique dans une optique de formation du combattant. Le 1er avril 1872, la division d’escrime, nouvellement créée, est installée à l’emplacement actuel de l’INSEP et l’école prend le nom d’École Normale de Gymnastique et d’Escrime.

 

La «loi George», du 27 janvier 1880 instaure la pratique obligatoire de la gymnastique à l'école primaire. La France ne possédant aucune école spécialisée pour former des enseignants, Joinville prend en charge ce besoin d’Instruction publique. Le Certificat d’Aptitude à l’Enseignement de la Gymnastique (CAEG), délivré par l’école, permet à bon nombre d’anciens militaires d’intégrer l’enseignement. Joinville exercera, de fait, une réelle influence dans le domaine de l’éducation.

Les autres sports entrent à Joinville à partir de 1906 : boxe, escrime, natation, cyclisme. Ces sports ne sont pratiqués que par les officiers qui les préfèrent à l’austère gymnastique.

Réorganisée en 1912, l’École connait une période féconde, mais en août 1914 la Grande Guerre éclate et l’école doit fermer ses portes.


Désertée après le départ des cadres et des stagiaires, l’école ouvre de nouveau ses portes le 8 mai 1916 sous le nom de Centre d’Instruction Physique, conçu comme organe central d’études, d’instruction et de diffusion des méthodes permettant de régionaliser l’instruction dans les 21 centres régionaux d’instruction physique.

Le 1er juillet 1919, l’Ecole Normale de Gymnastique et d’Escrime, reprend son activité et s’étend même en plusieurs quartiers.

 

De  juin à juillet 1919, Joinville participe peu à peu à l’éclosion du sport de compétition jusqu’aux Jeux Interalliés, évènement majeur pour l’école et le sport français. Les Alliés décident d’organiser sur le sol français, des jeux ouverts aux combattants des armées victorieuses. Les Américains livrent en trois mois un stade de 35 000 places (Le Stade Pershing  qui jouxte l’INSEP) pour l’ouverture des jeux. La proximité du stade met directement Joinville au contact de cette compétition qui consacre l’hégémonie sportive américaine.